29. mars 2021

L’addiction au shopping en ligne : voici quelques conseils qui vous permettront de gérer vos achats en toute conscience

Cette sensation ne vous est très certainement pas inconnue : après une longue journée de travail, vous aspirez à une récompense pour tous les efforts que vous avez fournis. Surtout maintenant que nous vivons une période difficile qui demande une certaine capacité d’endurance et de la discipline. Ainsi, de nombreuses personnes souhaitent obtenir une compensation bien méritée. Cette pandémie qui s’éternise est épuisante. Les nouvelles quotidiennes sont fatigantes et peu réjouissantes. La pause-café journalière avec les collègues de travail manque. Certain.e.s regrettent même les conversations informelles avec un.e supérieur.e hiérarchique. Et comme tous les restaurants sont fermés, il n’est même plus possible d’aller boire une bière avec un ami.e proche après le travail ou de souper en famille chez l’italien du coin.

Les récompenses quotidiennes se font rares!

La chasse aux bonnes affaires devient un passe-temps

Ainsi, il est tentant de se faire plaisir en faisant des achats en ligne durant son temps libre. Beaucoup de boutiques et de magasins appâtent les gens avec des rabais et des offres, car faire une bonne affaire peut procurer un sentiment de satisfaction. Avant même de s’en rendre compte, voici que trois paires de pantalon et encore deux pulls se trouvent dans le panier d’achat virtuel. Ensuite, vous profitez encore de l’occasion pour commander le nouvel appareil de cuisine en action.

De nos jours, surfer sur Internet fait partie du quotidien de quasi tout un chacun. Ce comportement de tous les jours peut néanmoins se transformer en une dépendance qu’il faut absolument prendre au sérieux.  

"En Suisse, il y a cinq fois plus de personnes dépendantes aux achats qu'aux jeux d'argent".

«Schweizer Radio und Fernsehen (SRF)»


Dépendance ou pas ?

On peut parler de dépendance quand…

  • le comportement d’achat influe négativement sur les relations sociales, les performances au travail ou à l’école professionnelle.
  • on continue à acheter malgré ces effets nuisibles.
  • on a une irrépressible envie de céder à l’envie d’acheter.
  • on ne contrôle plus son comportement et qu’il n’est plus possible d’arrêter de consommer.

Avec ces nouveaux médias, il est particulièrement difficile de se défaire d’une telle addiction. Les offres en ligne sont techniquement bien développées et les publicités très ciblées. Ainsi, les consommatrices et les consommateurs sont tenté.e.s de faire des achats.

Selon un étude réalisée en 2019 par l’Office fédéral de la santé publique, environ 11% de la population suisse présente un comportement d’achat en ligne à risque élevé. 

L’addiction qui passe inaperçue

Si on compare les achats compulsifs avec d’autres addictions, celle-ci est particulièrement difficile à repérer. Pour un membre de la famille ou un employeur, il n’y a pas de signes extérieurs de négligence visibles, comme c’est le cas avec d’autres addictions. Bien au contraire, les personnes concernées sont souvent perçues comme ayant une apparence soignée et les moyens de s’offrir beaucoup de choses. Il est donc d’autant plus difficile de repérer une tendance addictive chez elles. Si on prend encore en considération le fait que le shopping est accepté, voire même encouragé, dans notre société de consommation, il est donc possible de cacher assez longtemps cette dépendance.

Les personnes dépendantes aux achats compulsifs, relèvent que c’est justement cette possibilité d’acheter en ligne qui leur permet de calmer facilement leur dépendance : ce besoin peut être satisfait 24 heures sur 24, anonymement, sans même devoir quitter son appartement. Ce n’est donc pas surprenant que ces tentations présentent sur Internet puissent pousser quelqu’un dans le cercle vicieux de la dépendance. Est-ce que ce sentiment de satisfaction après avoir effectuée un achat en ligne ne vous est pas familier ?

Voici cinq règles qui permettent de contrôler le comportement d’achat

En appliquant au quotidien quelques règles simples, il est possible de contrôler son comportement d’achat en toute conscience et de réduire ainsi la facture mensuelle :

La règle des trois jours : n’achetez pas immédiatement, prenez le temps de la réflexion durant au moins trois jours. En appliquant cette stratégie, vous arriverez à mieux réaliser si l’objet convoité est vraiment indispensable ou pas.

Un deuxième avis : avant de faire votre achat en ligne, demandez un deuxième avis auprès de votre famille ou de vos ami.e.s, vous éviterez ainsi de faire un achat inconsidéré.

Se méfier des offres trop alléchantes : dans la mesure du possible, évitez de vous laisser influencer par des publicités ou des rabais. Vous pouvez, par exemple, bloquer les pages web des magasins, supprimer votre compte ou vous créer une nouvelle adresse mail libre de toute publicité.

Rechercher le dialogue : parlez ouvertement de vos soucis et de vos craintes à des personnes de confiance ou à un.e professionnel.le, par exemple à une conseillère ou un conseiller de Proitera.

Avoir du plaisir à faire d’autres activités : essayez de renforcer votre estime de vous-même en essayant de vous faire du bien avec quelque chose qui n’est pas lié à un achat. Par exemple une excursion ou un hobby. Vous pouvez également essayer de méditer, afin de vous connecter à vous-même.

Contrôler les dépenses : tenez un livre des comptes qui vous permet de garder une vue d’ensemble de vos dépenses.

Attention ! Si vous n’arrivez plus à contrôler vos achats et que vous avez l’impression de vous trouver dans une spirale de dépenses, que vous vous êtes endetté.e ou que vous ne parvenez plus à gérer votre quotidien en toute conscience, alors vous devriez absolument demander l’aide d’un.e professionnel.le.

L’achat compulsif, un acte de substitution

Souvent, les achats nous permettent de compenser des désirs inassouvis ou des moments d’insatisfaction passagers dans notre vie. Ce comportement peut avoir des conséquences assez lourdes : un endettement massif, des relations qui se brisent ou des problèmes psychiques qui surviennent. N’attendez pas trop longtemps avant de demander de l’aide. En vous entretenant avec un.e professionnel.e, vous pourrez trouver les raisons qui vous poussent à faire des achats compulsifs. Vous pourrez aussi rechercher ensemble des solutions pour un futur libéré de toute addiction.


Partager cet article

Lire d'autres articles du blog

Boundary Management : La gestion des limites entre vie professionnelle et privée

Le télétravail permet d’avoir des horaires de travail plus flexibles et depuis la crise du coronavirus, beaucoup d’employé.e.s ont ...

En savoir plus
Communiqué : Gestion du stress durant la période du coronavirus

  La crise du coronavirus dure maintenant depuis à peu près un an et malheureusement une fin n’est pas encore ...

En savoir plus
Changer, c’est possible : c’est pourquoi cela vaut la peine de remettre en question ses habitudes

Après le coronavirus, il n’y aurait plus de retour à la normale… À l’avenir, le monde tel que nous ...

En savoir plus
La crise du coronavirus, une épreuve pour la santé mentale

La pandémie actuelle désécurise à peu près tout le monde et bon nombre d’entreprises doivent affronter d’importants défis. Une ...

En savoir plus
Tous les articles de blog